19 avr. 2016

Le représentation du citoyen dans les décisions de son pays


En ce moment, il se passe des choses en France. Les citoyens en ont marre de ne pas savoir ce qui se passe, de ne pas avoir les informations nécessaires pour comprendre pourquoi telle ou telle décision est prise au niveau national comme au niveau européen.

Dans ce billet, je ne veux porter aucun jugement sur aucun mouvement mais plutôt porter un regard sur le pourquoi des choses.

En ce moment il y a la très drôle vidéo de Nicole Ferroni qui fait le buzz.




En ce moment il y le mouvement Nuit Debout qui est en train d'exploser.

Qu'ont ces deux sujets en commun : un ras le bol ? D'où vient-il ? Du fait qu'en réalité les citoyens n'ont pas d'information et sont mis devant le fait accompli. Devant des décisions qu'ils considèrent aberrantes, qu'ils ont l'impression que l'on leur a volé leur pouvoir de décision et la possibilité de peser sur le destin du pays. Une impression que "ce sont tous des pourris de toutes façons" et "qu'il n'y en a pas un pour racheter l'autre".

Voici ce qu'il en est. Aujourd'hui les citoyens veulent se réapproprier leur capacité de décider pour eux, pour leur famille, pour leur environnement, pour leur pays. Pourquoi ? Parce que l'information des politiques ne circule pas, parce que les politiques ne prennent pas le temps d'expliquer vraiment leurs décisions, quand celles-ci sont explicables. Et en fait elles le sont toutes. Je prends un exemple "extrême" mais significatif : la vente de Rafale à des théocraties qui ignorent les Droits de l'Homme. Sauf que chaque citoyen ne serait pas forcement d'accord de penser que la vente de Rafale est plus importante que ces principes qui sont des principes fondateurs dans notre pays.

Oui vendre des Rafale dans notre pays est important parce que le tissu économique que cela maintient et/ou développe est primordial. Mais franchement ça fait mal au coeur de voir à quel point il faut s'humilier pour le faire. Et les citoyens ont plus de courage que les politiques.

La réalité est là. Les français ont plus de courage que leur représentants, enfin ceux que l'on n'a pas le choix de choisir puisque de toute façon ce sont toujours les mêmes que l'on voit et les nouveaux viennent des mêmes endroits, partagent les mêmes idées et surtout ne prennent pas le temps de nous les expliquer. Nous devons être trop bêtes pour comprendre.

La réalité c'est qu'à force de ne rien expliquer le populisme et son amie démagogie, à coup de "punchlines" bien senties, prennent le dessus sur le débat politique.

Comprenez bien, les citoyens veulent juste se réapproprier le débat politique et retrouver la possibilité de décider et de comprendre comment les décisions sont prises.

Il ne suffit pas de s'indigner, il faut également creuser les sujets pour comprendre les tenants et les aboutissants de chaque décision. Et aujourd'hui, c'est ce qui nous manque cruellement et c'est inadmissible. Il est temps que les citoyens puissent à nouveau comprendre, savoir, pourquoi, comment les choses se décident dans ce pays. 

Comment cela va se faire ? Qui sait ?  Vous en pensez quoi ?
Deby Magazine Web Developer

Deborah Bete, 40 ans mariée, un enfant.
J'habite et travaille à Paris.
Enthousiaste et mordue de make-up, de produits de beauté. Mais également très gourmande, c'est pour cela que je parle de temps en temps de gourmandise...

2 commentaires:

  1. Très bel édito.
    Il manque à mon sens un élément de base sur la raison pour laquelle le citoyen veut décider pour son pays : parce que c'est la constitution qui le veut !
    Je m'explique, dans notre Constitution, il est prévu que le Peuple décide de tout. Mais comme ce serait trop compliqué de demander l'avis de tout le monde tout le temps, la Constitution a prévu que chaque portion de la population choisisse une personne qui serait dépositaire de son pouvoir de décider : nos députés. Ainsi, lorsqu'un Député vote une loi, ce n'est pas son avis uniquement qu'il donne, mais celui de toutes les personnes de sa circonscription. Et c'est là que le bât blesse, là où le Peuple en a marre, parce que les décisions prises EN LEURS NOMS ne reflètent pas leurs avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait... et en fait plus ça va et plus c'est le cas.

      Supprimer