21 juil. 2011

Les Nouveaux ateliers - L'expérience du costume sur mesure prêt-à-vendre


Cet article est rédigé par François Rouhban

Les nouveaux ateliers (leur page facebook ici)
90 rue Saint Honoré
75001 Paris

Après une attente d'une ou deux minutes, nous avons été accueillis par Louise qui s'est immédiatement renseignée sur notre attente.

Munie de son chevalet, Louise suit le protocole décrit sur un bon de commande. Les questions s'enchaînent avec une maîtrise parfaite du produit vendu :
- identification du client,
- choix des tissus,
- choix de la doublure,
- choix des boutons,
- choix de la coupe.
A chaque fois, le client est conseillé utilement dans son choix.

Il y a quatre catégories de tissus déterminant le prix du costume. Toutes les options sont gratuite. Le client sait donc d'entrée où il va et si le sur mesure sera dans ses moyens. Les tissus sont de qualité (Loro Piana), mais le choix est relativement pauvre comparativement à ce que peut proposer un tailleur traditionnel à Paris.

A cette heure de la mi-journée ce samedi, la boutique est pleine de clients : de jeunes trentenaires CSP++ accompagnées de leur épouse et d'un ou deux enfants en bas âge. Le magasin est bruyant. Cependant, la configuration des lieux fait que nous ne sommes jamais véritablement confrontés à la promixité. Nous passons d'un coin à un autre du magasin suivant le protocole appliqué par Louise sans que notre intimité ne soit perturbée, mais avec malgré tout un environnement confus et mouvant qui ne créé pas une atmosphère luxueuse.

La partie ludique du protocole devrait être la prise de mesure dans une machine numérique.

La cabine n'étant pas disponible, Louise nous laisse patienter dans un petit salon au milieu de la boutique. Nous sommes recueillis après quelques minutes par une autre jeune femme qui sans se présenter, nous conduit aimablement vers un bureau. Le lieux ressemble à une salle d'attente de la Médecine du travail ripoliné par un décorateur d'intérieur de Leroy Merlin. La jeune femme nous explique comment se positionner dans la cabine pour la prise de mesure.


Je me mets en sous-vetement dans une pièce ressemblant à un couloir dont les portes ne sont pas fermées à clé, pas de vide-poche, un porte-manteau sans cintre, une chaise. La moquette est confortable, mais l'ensemble est définitivement ordinaire et pauvre. A chaque extrémité une console servant de base à une lampe qui n'est pas branchée et dont le câble électrique traine nonchalamment sur l'abat-jour.

A la fin de la prise de mesure, ma fiche personnelle a été saisie dans l'ordinateur, mes mesures ont été prises en 200 points, mais elles ne me sont pas communiquées. Finalement, l'expérience n'est ni amusante, ni luxueuse.

Alors que la styliste termine de m'expliquer les étapes suivantes (réalisation du patron, premier et deuxième essayage), un jeune homme entre dans le bureau pour poser une question d'intendance à la jeune femme sans un mot de considération à mon égard. Pas de "Bonjour, Monsieur, veuillez m'excuser". Bref, pour le cas où j'aurais un doute, il me confirmer que nous ne sommes pas chez Vuitton.

A la sortie, je passe en caisse. Assis à en contrebat à un bureau, un jeune homme roux et barbu exécute des opérations comptables avec un ordinateur. Il semble avoir plus d'aptitude à communiquer avec cette machine qu'avec ses clients. Il encaisse le prix d'un costume de 690 € chèrement gagnés en quelques secondes sans dire bonjour.

Autour de lui, les "styliste" tournoient dans une impression de désordre. Une tension est perceptible entre les différents membres du personnel. Les deux jeunes hommes aux allures de "commerciaux" relookés sans doute associés dans cette affaire ou tout au moins encadrant le dispositif créent cette ambiance tendue entre les différents membres du personnel.

A peine sortis de la boutique, nous recevons un courrier électronique de bienvenue. Nous sommes dans le système !



Car, c'est bien cette impression générale qui ressort de cette expérience, à aucun moment, nous n'avons ressenti un traitement sur mesure. Il est probable que notre costume dessiné en France et produit en Chine sera le plus sur mesure jamais porté grâce à cette prise de mesure numérique. Mais, il est également certain que malgré cela, notre tailleur ne nous connaîtra pas personnellement. Or, le sur mesure, c'est aussi cela, être considéré comme une personne par une autre personne qui veut vous connaître pour réaliser un produit adapté à votre personnalité.
Deby Magazine Web Developer

Deborah Bete, 40 ans mariée, un enfant.
J'habite et travaille à Paris.
Enthousiaste et mordue de make-up, de produits de beauté. Mais également très gourmande, c'est pour cela que je parle de temps en temps de gourmandise...

7 commentaires:

  1. Vous avez l'air déçu. En même temps c'est du made un China. Non ?

    Stéphane

    RépondreSupprimer
  2. François Rouhban28/07/2011 08:19

    Effectivement, je suis déçu, car je me faisais un idée amusante de la prise de mesure avec l'appareil 3D.

    Mais, le service n'est ni ludique, ni luxueuse.

    En ce qui concerne le produit, j'ai un a priori positif, car je pense qu'avec 200 mesures prises et le tissus de qualité, les personnes qui doivent réaliser le costume disposent des informations suffisante pour bien le faire.

    Je vous invite à lire l'article qui sera publié lors du premier essayage.

    François

    RépondreSupprimer
  3. Merci François pour ta réponse. Je suis impatiente de lire ton nouvel article et si tu peux prendre une photo ce serait super...

    RépondreSupprimer
  4. J'ai bien aimé votre article qui est intéressant pour tous ceux qui souhaitent offrir du sur mesure ou mi-mesure.
    En effet je suis convaincue que l'expérience d'achat est aussi importante que le produit dans une offre individualisée.
    Juste par curiosité quels sont les délais?
    Agatha

    RépondreSupprimer
  5. François Rouhban24/09/2011 07:32

    Je vous remercie de l'intérêt que vous portez à cet article. Pour ce type d'achat, vous devez compter 4 semaines environ entre la prise de mesure et le premier essayage.
    Les Nouveaux Ateliers annoncent jusqu'à 8 semaines pour le premier costume, car il faut un délai supplémentaire pour réaliser le patron initial. En réalité, pour ce qui nous concerne, ils nous ont rappelé pour le premier essayage après 3 semaines. En dehors des Nouveaux Ateliers qui ne nous ont pas laissé une bonne impression.
    Nous recommandons Torcello (notamment 14, rue des Saussaies 75008 Paris) pour le choix des tissus ou Smuggler (notamment 3, rue de Solferino 75007 Paris) pour le choix des détails qui font la personnalité du costume (cocotte, surpiqûres,...).

    Si vous vous lancez pour une première fois, dîtes-le, posez des questions, le service doit n'en être que meilleure...

    RépondreSupprimer
  6. Merci François pour ta réponse. Tu pourrais nous en dire plus sur les recommandations que tu fais ?

    Et nous avons hâte de lire ton article sur le premier essayage.

    Deby

    RépondreSupprimer
  7. www.klodawski.com c'est tellement plus simple par un tailleur professionnel

    RépondreSupprimer